Les Bons “Leaders” sont des « Connecteurs » .

by Harold Jarche on 29 juin 2014

Publication originale  en anglais le Jeudi  5 Juin 2014

Pourquoi les organisations ont-elles toujours eu besoin de « chefs » ?

 

Boss 123rf 4939063_m 2014 06 29

Si on regarde le « leadership »  d’un point de vue tribal, institutionnel, ou même sous l’angle des « marchés », il s’agit d’abord de contrôler l’information et d’utiliser à bon escient les pouvoirs qui vous ont été donnés pour atteindre les objectifs de l’organisation. Mais le Développement de la Communication et des Réseaux a changé tout cela.  Le premier signe avant-coureur a été  l’invention de l’Imprimerie. L’accélération s’est produite  beaucoup plus tard, avec  l’apparition d’une succession de medias électroniques de plus en plus puissants. Pour l’historien Gwynne Dyer, « La Tyrannie était une  solution répandue à ce qui était essentiellement un problème de communication. »

“La Démocratie est apparue à l’Ouest pour la simple raison que c’est dans cette partie du monde que s’est  développée la communication de masse. C’était un avantage technologique, et non culturel. – et, avec la propagation des technologies des communications de masse et de la culture qui se développe autour d’elles, toutes les sociétés « de masse » commencent à réclamer leur héritage, elles aussi”- Gwynne Dyer. http://gwynnedyer.com/2011/democracy-and-the-arabs/

Les sociétés tribales étaient pour la plupart organisées sur un mode coopératif, partageant librement entre elles, au sein de cercles étroits , avec  un système patriarcal pour les principales décisions. Dans les réseaux, ces tendances tribales à tout contrôler ne sont pas optimales, tout comme  les méthodes de contrôle beaucoup plus sophistiquées des Institutions et celles des  Marchés.

Pourquoi ça ne marche plus.

 

Penser que le rôle du leader est d’agir et de prendre des décisions à court terme c’est sous-estimer totalement la remarquable capacité des réseaux humains à traiter la plupart des problèmes sans l’intervention de leurs supérieurs. Lorsque les cadres et les dirigeants sont impliqués, ils rendent souvent les choses plus difficiles pour ceux qui font le travail quotidien. C’est encore plus accentué lorsque ceux qui font le travail sont connectés à leurs homologues dans des réseaux sociaux et des communautés de pratique où le partage de savoir  et la confiance sont la règle.

TIMN David Ronfeld 2014 06 29

Le tableau ci-dessus  résume les travaux de David Romfeld (Tribus, Institutions, Marchés, Réseaux : Lien Vidéo (eng)). Pour être compétitif dans un monde en pleine accélération, il faut passer d’un système fermé et hiérarchique où l’on collabore “projet par “projet” (encore la norme dans beaucoup d’organisations) à   une organisation ouverte et en réseaux où l’on coopère et partage librement.

 

Le rôle des leaders d’aujourd’hui est « d’occuper l’espace ».

 

Pour y parvenir, il faut dans un premier temps créer des espaces où les connexions se multiplieront. Parce que c’est en se connectant que l’on apprend. C’est pour cette raison que ,à l’heure des réseaux, les « leaders » doivent :Homme et engrenages pour illustrer solutions 123 rf 21231441_s 2014 05 09

  1. Faciliter les connexions
  2. Développer des réseaux  de réseaux.
  3. Identifier et modéliser  les bons comportements apprenants.
  4. Acquérir la « Maîtrise du Savoir personnel «  (Personal Knowledge Mastery) »

Les leaders ne doivent pas perdre leur temps à des tâches « opérationnelles  », à faire des choses qu’il vaut mieux laisser aux autres. On n’a plus besoin de « ceux qui décident de tout (les tyrans) sur le lieu de travail. La mesure d’un leadership efficace se fonde sur la capacité de l’organisation à gérer les urgences et les exceptions en l’absence du leader. Les bons leaders sont comme les bons parents, ils relâchent progressivement le contrôle. Sauf si votre organisation est dans sa prime jeunesse, elle ne devrait pas avoir besoin d’une implication du leader dans les décisions du quotidien. Si vous occupez  un poste  de leader, que faites-vous pour rendre votre rôle redondant de manière à passer au prochain niveau de développement personnel, pas au prochain niveau hiérarchique ?

A l’heure des Réseaux, les hiérarchies et l’autorité issue de la fonction, c’est démodé.

 

Droit d’auteur Image “boss”: hasenonkel / 123RF Banque d’images

Previous post:

Next post: