Transformation Digitale : les Technologies “ouvertes” et les places de marché de “Talents” ouvrent de nouvelles perspectives aux PME/TPE.

by christianrenard1 on 20 janvier 2014

big-vs-little-sumo-httpinfo.syncshow.comPortals149105imagesbig-vs-little-sumo.jpegUn article de  Greg Satell dans Forbes  -L’Open Technology va déstabiliser les entreprises – 14/12/2013-  décrypte  remarquablement l’émergence d’une économie agile et sans frontières où, avec une bonne idée, de la passion, et un bon réseau, tout entrepreneur pourra tailler des croupières aux grandes entreprises, parce qu’il pourra disposer des mêmes ressources -technologiques et humaines-  pour une fraction du coût . Je me suis permis d’en faire un long résumé en français , mais on en trouvera l’intégralité (en anglais) ici.

En 2014, les Marques deviennent des plateformes.

“La capacité disruptive de la Technologie est considérable. Ce n’est pas au moment d’une invention que cela se produit, mais lors de son adoption, lorsqu’en apparaissent les effets induits. L’arrivée de l’automobile a peut-être mis fin aux voyages à cheval, mais elle a surtout créé les banlieues, les stations-services et les centres commerciaux. L’ « App Economy » était jusqu’à maintenant l’apanage des technophiles. Elle est maintenant si répandue que, pour être compétitive, aucune entreprise, quelle que soit sa taille, ne pourra rester à l’écart. Le lancement de l’iPhone en 2007 a été un immense succès instantané. Mais c’est seulement un an après, avec l’arrivée de l’App Store, que cette révolution a pris sa véritable dimension, et transformé un bien de consommation en écosystème. En fournissant 2 types d’outils : les « Software Development Kits »(SDK) et les Application Programming Interfaces (API’s) , Apple permettait à quiconque, où qu’il soit, de modifier et améliorer ses produits. Le résultat ? plus d’1 milliard d’applications téléchargées en moins d’un an. Mais surtout les concurrents d’Apple devaient dès lors affronter non seulement les équipes d’Apple mais aussi des milliers de développeurs indépendants  se concentrant sur la création de services  utiles pour les centaines de millions de fans d’Apple. Aujourd’hui, les Marques emboîtent le pas à Apple et deviennent des plateformes qui s’appuient moins sur les caractéristiques de leurs produits que sur la qualité de leurs connexions”.

Un écosystème qui va donner aux PME/TPE l’accès à des ressources jusqu’ici réservées aux grandes entreprises.

Greg Satell illustre son propos avec quelques exemples familiers: ” Intuit, connue pour ses logiciels de gestion familiale (Quicken, Turbo Tax) s’est diversifiée vers les PME/TPE avec Quickbooks, un logiciel distribué dans un premier temps de manière traditionnelle, dans le commerce. Avec Apps.com, Intuit franchit une étape supplémentaire et veut émuler l’App Store d’Apple. En facilitant l’accès à Quickbooks pour tous les développeurs  et en permettant ainsi aux dirigeants des petites entreprises de bénéficier de la puissance des ERP de nouvelle génération pour une fraction du coût. IBM transforme  Watson en une plateforme ouverte. Connu pour avoir battu le champion du monde d’échecs Garry Kasparov, le système Watson d’IBM combine l’intelligence artificielle et les Big Data  pour créer ce qu’IBM appelle le « cognitive computing » – des machines qui pensent comme les humains, mais avec des capacités infiniment plus importantes. Comme Apple et Intuit, IBM ouvre Watson aux développeurs extérieurs. Il a déjà noué des partenariats avec Fluid pour le commerce de détail , MD Buyline pour fluidifier les achats des hopitaux et Welltok pour inciter les consommateurs à préserver leur capital santé. IBM va aussi étendre son programme en offrant des outils de développement à toute personne souhaitant travailler avec ses plateformes, ce qui en élargira encore la portée. Tout personne avec une idée pourra faire appel à la puissance de Watson pour résoudre des problèmes, grands ou petits. Ainsi , même pour les tâches les plus terre à terre, nous allons tous pouvoir  accéder à la somme de l’expérience humaine aussi facilement que si  nous demandions conseil à un proche.”

L’Humain d’abord. Vers un Ecosystème « Ouvert » des Talents.

image groupe de solos 123rf 13193802_m 2014 01 20 “Ces nouveaux pouvoirs des machines ont un prix. Plus leurs capacités augmentent, plus nous risquons une dévaluation du travail des humains, ce qui pourrait avoir de sérieuses répercussions sur la Société. Mais on voit naître des initiatives prometteuses, notamment celles concernant la relation entre les Humains et le Travail. Voici ce qu’en dit Greg Satell : Présente dans 170 pays, Elance est une place de marché qui s’interface entre 3 millions de free-lances et 800 000 entreprises qu’elle assiste dans le recrutement, la gestion, et le paiement de leurs « free-lances ». Elles peuvent ainsi importer leur réseau de talents sur la plateforme qui devient  leur propre réseau privé, fonctionnant  comme un réseau social.  Le potentiel du marché est considérable –il y  a 14 millions de free-lances sur le seul marché américain  et les entreprises US leur consacrent  400 milliards de dollars. Une étude d’Intuit estime qu’en 2020, ces travailleurs indépendants représenteront aux USA 40% des actifs. Elance et ses concurrents ( Greg Satell cite oDesk (lire l’avis- en français-  de Maximilien Labadie)  , Freelancer.com, et Guru) ouvrent la voie à une transformation fondamentale du travail où le système rigide fondé sur la  traditionnelle journée de 8 heures laisse progressivement la place à  une  « Open Talent Economy »  , caractérisée par l’absence de frontières, la collaboration –facilitée par une maîtrise des « smart technologies », l’agilité, et l’adaptabilité. Selon Deloitte, la globalisation des marchés et des produits et le changement d’échelle qu’elle entraîne créent  un nouveau besoin :  l’accès rapide à des pools de talents et la possibilité de les reconfigurer à la demande. « Les chefs d’entreprise et leurs clients veulent de l’agilité , de la souplesse, et l’accès à la demande aux  bonnes compétences. Il s’agit plus de constituer des réseaux et des écosystèmes mutualisés où, pour faire la différence, il faudra orchestrer l’ « engagement » et la mobilisation de talents, de compétences, de leaders, et d’idées. »

Finie la course à la taille, les plus agiles et les plus motivés l’emporteront.

“Ce qui est le plus intéressant dans ces écosystèmes est qu’ils ne sont pas isolés, mais rassemblés dans un Méga-écosystème. Les logiciels puissants, une super-capacité de calcul, et talents pointus ne sont plus des « capitaux »  que l’on acquiert et dont on tire parti , mais des ressources auxquelles tout le monde peut accéder. Ceci signifie que nous allons tous devoir repenser la manière dont nous gérons nos affaires, car un concurrent ou une occasion de « changer la donne » peut survenir de n’importe où et à tout moment. Les Marques prennent vie et deviennent des plateformes d’innovation et de création. Apple et Intuit mobilisent des milliers de développeurs pour améliorer leurs produits et cela ne leur coûte pas un centime. Il est clair que l’ère de la marque « autonome » est terminée. Aujourd’hui, ou on est connecté ou on est mort. Vivre ses Passions et cultiver ses Réseaux, c’est désormais l’affaire de tous. La Passion et les Connexions l’emportent désormais sur les Capitaux et les Capacités de Production. Nous allons vivre de plus en plus au sein d’ une économie “sémantique” où tout sera connecté et où  personne ne sera à l’abri. Quelle que soit votre activité,  quelqu’un peut faire irruption à tout moment, avec une bonne  idée, rassembler les capacités nécessaires – de la logistique à la finance, en passant par la technologie et les talents, et  le lendemain c’est un concurrent qui compte . La conséquence, c’est que la finalité  de l’ entreprise, ce n’est plus l’optimisation de la gestion des hommes et des actifs matériels mais la  la mobilisation et la canalisation des ” passions ” dans le respect d’objectifs clairs pour maximiser la valeur créée. La technologie démultiplie  l’expérience humaine. Il va falloir tout réinventer. En 2014, le digital ne sera plus une affaire de gadgets pour geeks ou d’ applis cools pour millenium branché ni le terrain de prédilection  greg satelldes « gourous » et de leurs présentations “ léchées” , il va commencer à pénétrer très concrètement chaque aspect de la société et du commerce.” La conclusion de Greg Satell : “Les grands changements ne se produisent pas avec les leaders ni avec les idées nouvelles, mais quand ils s’imposent à tout un chacun.”

Notre pays est en crise, son économie va mal. Mais on découvre chaque jour un peu plus la vitalité de ses PME, de ses “indépendants”, et de bon nombre de salariés. Avec l’irruption de  l’ Open Technology” (car c’est une irruption!), chacun a sa chance. Les gagnants seront les plus motivés, les plus agiles…et les mieux connectés.

  • Stephane Suisse

    Très bon billet …

    Je crois pleinement que le développement personnel au travers entrepreneuriat va permettre à l’homme de se développer beaucoup plus humainement …

    La clef de voute va être en dehors des compétences et de l’ouverture d’esprit, le réseau et les connections qu’il va falloir développer.

    Ceci est fort existant et optimiste !!!!

    Stéphane

Previous post:

Next post: