Transformation Digitale: 3 compétences interdépendantes.

Le canevas de collaboration digitale développé par Oscar Berg décrit neuf capacités distinctes pour le travail intellectuel collaboratif. Il fournit une feuille de travail pratique sous licence CC . C’est le travail initial d’Oscar qui m’a en partie inspiré lorsque je recherchais une façon de décrire les différentes facettes d’un réseau social d’entreprise (RSE).

Collaboration digitale- les9 capacités by Oscar BergImage: Oscar Berg

En observant le canevas étendu d’Oscar, je constate que la transformation digitale – la capacité de travailler dans un écosystème en réseau – demande 3  compétences interdépendantes.

Pour les asseoir,il faut d’abord une organisation démocratique fondée sur des hiérarchies non contraignantes et des réseaux forts. Moins de contrôle et plus de démocratie, c’est le préalable à l’établissement de relations de confiance indispensables à la coopération et à la collaboration de ceux qui exercent un travail intellectuel. La collaboration, c’est travailler ensemble avec un objectif commun , alors que la coopération,  c’est partager ouvertement, sans aucun quiproquo. On fait appel à la collaboration quand on a une tâche à accomplir,mais la coopération c’est la manière de contribuer dans nos réseaux de connaissances qui sont nos sources d’inspiration.  Les deux sont nécessaires.

Pour que l’ensemble fonctionne, chacun doit agir de manière disciplinée, en partant de la recherche de nouveaux savoirs, en leur donnant systématiquement  du sens, et en partageant avec les autres au bon moment. C’est ainsi que l’on atteint la Maîtrise des Connaissances Personnelles (PKM).  Maîtriser ses Connaissances Personnelles , c’est un devoir pour chacun à l’heure de l’apprentissage social.

Dans les réseaux sociaux, ceux qui ne contribuent pas ont moins de connexions accessibles en cas de besoin. Si vous ne donnez rien à votre réseau, vous n’aurez rien en retour.

Prenez l’exemple d’une organisation qui a décidé d’engager sa transformation digitale. Il a été décidé que l’apprentissage social était important pour la Formation. Le personnel puise dans ce qui a été  partagé sur les réseaux sociaux externes et l’utilise pour ses propres besoins, puis le partage en interne. Mais le partage dans les réseaux à l’extérieur du pare-feu n’est pas autorisé. A la longue,ils manqueront de nombreuses opportunités, car ils auront la réputation de prendre sans  donner. On me demande souvent des conseils ou des avis via les médias sociaux. Si c’est mon premier contact avec une personne dont je n’ai vu aucune contribution , j’ignorerai la demande. A l’inverse, Oscar, qui partage librement une bonne partie de ses travaux, peut m’appeler et je serai heureux de partager tout ce qui sera possible. Des gens comme Oscar ont suffisamment de crédit  pour demander de l’aide à leur réseau. C’est la valeur à long terme de la coopération.

Pour qu’il y ait symbiose entre la coopération et la collaboration, il faut une personne qui a envie de s’engager et qui est libre de le faire. Un certain nombre d’organisations  ignorent encore cela et imposent une structure qui inhibe ce processus de 1- recherche, 2- construction de sens, et 3- partage. Dans un tel contexte, la collaboration et la coopération ne peuvent pas être efficaces. Le réseau  manquera de la diversité suffisante pour fournir les “insights” susceptibles de nourrir  l’innovation ou la créativité. Pour réussir la Transformation Digitale, il faut  des équipes maîtrisant les 3  compétences.

Transformation Digitale- 3 compétences interdépendantes. HJ 2015 05 03

2 Comments
Leave a Reply

Share This